TIRE D’AILES

Poésies

 

Au mois de mars dernier, le comité éditorial de l’Association des auteures et des auteurs de l’Estrie a publié Tire d’ailes dans le numéro printemps 2019 de sa revue Alinéa. Le poème de Diane évoque un processus d’écriture.

L’arbre livré en feuillets         

À la résistance de l’encre

Mars lèche de sa langue

La sève coulée des secrets

 

Une nuit de pluie blanche

Le grésil des cristaux sonores

Comme cliquetis du cantor

S’accorde à l’humeur pervenche

 

Bleu mauve aussi couvre l’aube

Va sourde brume Vauvert

Même au loin et comme hier

Vacille la mèche noiraude     

 

Croire que fera mieux la débâcle

Brisées, les glaces par les flots

Mais que de vagues grelots

Annonçant la fin d’un oracle

 

Quel remous de force ou de gré

A mouillé la plume dans l’écrin

Quitter cent heures de chagrin

S’en aller penser à côté

Un jour, l’outarde à son heure

Fait face contraire aux vents

Son cri propulse le printemps

Des perles en son bec jaseur

L’aile courageuse des mesures

De la chose et de sa dose

Au passage salue la prose

Et se pose sur les battures

 

Là, prime vers roule en boule

Des traces de mine de plomb

Lisse la rime donne le ton

Extrais l’humaine houle

 

Doux le grisant des égéries

De fins éclairs touchent le sol

Le verbe en joie s’affriole

Et la main jaillit sa vie

 

Touche le papier fond filigrane

Des ronds de cernes ligneux

Révèlent le mystère du lieu

Une forêt en pâte et en tan

 

Dans les arbres avant la coulée

Il y a des plis de livres

La main presse la substance à lire

Sous le cuir du corps d’ouvrage

 

Diane Gravel, mars 2019

  • Facebook

Copyright 2019 Diane Gravel

SiteWeb par Arch-Eve